Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 15:49
Stefan Zweig et Cicéron, des oeuvres pour héritage.

L’écrivain autrichien, dans ses « Très riches heures de l’humanité », dévoile dans une fresque miniature, quelques aspects du portrait du grand rhétoricien.

 

Mais pour ceux qui pensent que le personnage choisi est un miroir du biographe, on peut noter malgré tout, quelques dissemblances. L’un est trop démocrate, trop européen, trop libéral dans une Vienne en fusion par l’émergence des nationalistes, alors que l’autre est un orateur trop républicain, trop noble et trop intègre pour être encore un politicien digne de ce nom dans une Rome usée, livrée à toutes sortes d’intrigues et à la guerre civile.

 

Mais au-delà de ces différences de circonstance, tous deux ont assisté impuissants, à la ruine des valeurs démocratiques et à l’émergence d’un système totalitaire sanguinaire. Tous deux ont vu des fous, ivres d’hégémonie et de domination, prendre le pouvoir, répandre la terreur et mener le monde à la ruine et les peuples à la destruction. Stefan Zweig qui a consacré sa vie à un idéal intellectuel, cosmopolite instruit du monde et instruisant le monde, a magistralement miniaturisé ‘ces figurines historiques’ actrices sur la grande scène de l’Histoire.

Dans le même esprit que Cicéron, Zweig est plongé dans un éternel et irréel rêve de paix, grâce à la compréhension des autres et à la conciliation auxquelles le porte sa nature profonde.

 

Malheureusement, le pouvoir de la parole a échoué face aux événements. Comme Cicéron, Stefan Zweig ne connaîtra jamais cette république idéale. Ces esprits, apôtres des libertés et de la morale, se sont un temps évaporés. La tragédie de ces hommes d’esprit, de ces penseurs de renom, est leur incapacité à s’investir dans l’action le moment venu.

 

Toutefois, dans l'histoire, il se produit parfois des évènements d’une dimension tragique telle, qu’il est vital de trouver un refuge pour nos âmes. Et que nous reste-t-il, sinon l’immanence des nobles esprits, drapeaux de la liberté, qu’on retrouve dans leurs livres, pour nourrir nos espoirs et nous instruire des développements ultérieurs du monde.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guy Gabriel Ouazana - dans littérature
commenter cet article

commentaires